Génome Québec

Rapport d'évaluation

Pour la période du 1er avril 2013 au 31 mars 2017

Préface

Notes au lecteur

  1. Sauf avis contraire dans le texte, toutes les sommes indiquées sont en dollars canadiens. Les symboles suivants sont utilisés : k$ pour milliers de dollars, M$ pour millions de dollars et G$ pour milliards de dollars.
  2. Selon l'indicateur considéré, le total des résultats peut comporter un écart de ± 1 % pour les pourcentages ou de ± 1 pour les autres valeurs. Cet écart s'explique par l'arrondissement des résultats présentés.
  3. Dans ce document, le terme « PME » désigne toute entreprise de 250 employés ou moins, peu importe son chiffre d'affaires ou la valeur de ses actifs.

L'évaluation de la performance de Génome Québec est réalisée à la demande du Secteur de la science et de l'innovation et en vertu des conventions de subvention signées avec le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation. L'évaluation porte sur quatre ans de résultats, période allant du 1er avril 2013 au 31 mars 2017.

Cette évaluation vise à apprécier les résultats de l'aide financière accordée par le Ministère pendant la période : 123,1 M$ pour le fonctionnement de l'organisme, l'appui à la réalisation de projets de recherche, des projets spécifiques tels que CARTaGENE, la contrepartie aux concours de Génome Canada et le Fonds de partenariat pour un Québec innovant et en santé (FPQIS).

La présente évaluation a été réalisée conformément à la Politique ministérielle d'évaluation de programme et à la Charte de l'évaluation des programmes, disponibles à l'adresse suivante : www.economie.gouv.qc.ca/evaluation.

Auteur du rapport

Marc-Michel Lavoie, évaluateur
Recherche et rédaction

Direction de la coordination, de l'évaluation et de la planification
Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation

Ce document est disponible sur demande auprès de cette direction.

Pour nous joindre

Direction de la coordination, de l'évaluation et de la planification
Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation

710, place D'Youville, 7e étage
Québec (Québec) G1R 4Y4
Téléphone : 418 691-5698, poste 4095

Pour plus d'information : gar@economie.gouv.qc.ca

Version définitive – juin 2018
© Gouvernement du Québec

Remerciements

Le présent document est le fruit de la collaboration de plusieurs personnes; sans elles, les travaux n'auraient pu être menés à leur terme. Nous tenons donc à remercier toutes les personnes associées de près ou de loin à la réalisation de ce rapport d'évaluation.

Plus particulièrement, nos remerciements sont adressés au personnel de la Direction des maillages et des partenariats industriels (DMPI) ainsi qu'au personnel de Génome Québec (GQ).

Nous tenons également à remercier les membres du comité d'évaluation constitué à l'occasion de ce mandat, dont voici la composition :

Les membres du comité d'évaluation

François Maxime Langlois
Directeur
Direction de la coordination, de l'évaluation et de la planification

Christophe Marchal
Évaluateur principal et chef d'équipe d'évaluation
Direction de la coordination, de l'évaluation et de la planification

Sommaire

La présente évaluation vise à apprécier la performance de Génome Québec (GQ) du 1er avril 2013 au 31 mars 2017, par rapport aux attentes liées au financement de 123,1 M$ accordé par le Ministère.

La performance de GQ est jugée satisfaisante. L'évaluation confirme la pertinence du financement de l'organisme, l'efficacité de son modèle d'affaires et les effets positifs de ses activités pour ses clients, ses partenaires, les chercheurs impliqués et l'économie du Québec. Les principaux résultats constatés sont les suivants :

Pertience

Efficacité

Effets

Conclusions

L'évaluation permet de constater ce qui suit :

Tables des matières

Chapitre 1 : Le contexte de l'évaluation

1.1 La justification du mandat

Du 1er avril 2013 au 31 mars 2017, le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI) a alloué 77,2 M$ à Génome Québec. Le financement s'inscrit dans la réalisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation (SQRI), qui manifeste l'intention du gouvernement du Québec d'investir dans la recherche collaborative et les projets innovants, notamment en accroissant le soutien apporté à la génomique et aux soins personnalisés, par l'appui à Génome Québec (SQRI, 2017, p. 58).

Le financement de Génome Québec par le Ministère s'inscrit dans le cadre du volet 1 (Soutien à des organismes ou des projets de recherche) du Programme de soutien à la recherche (PSR), qui vise notamment à assurer le développement de créneaux de recherche et d'innovation à fort potentiel et à concrétiser des partenariats de recherche entre les milieux universitaires, collégiaux, institutionnels et industriels. Les subventions du Ministère comprennent le financement de contrepartie aux subventions de Génome Canada, un organisme sans but lucratif constitué en février 2000 par le gouvernement du Canada, ayant le mandat d'élaborer et de mettre en œuvre une stratégie nationale pour financer des projets de recherche en génomique.

En mars 2005 et en mai 2014, le Ministère publiait des rapports d'évaluation de la performance de Génome Québec. Quelques années plus tard, les autorités du Ministère souhaitent disposer d'une nouvelle évaluation pour constater les résultats obtenus par l'organisme. Ce souhait est exprimé dans le Plan triennal d'évaluation 2015-2018 du Ministère (p. 7).

1.2 Le client de l'évaluation

Le client de l'évaluation est le Secteur de la science et de l'innovation du Ministère. Il est représenté au comité d'évaluation par la Direction des maillages et des partenariats industriels. Dans ce mandat, les besoins du client correspondent aux attentes habituelles des évaluations réalisées par le Ministère, c'est-à-dire que le rapport d'évaluation :

1.3 Les objectifs de l'évaluation

L'évaluation a pour but d'apprécier les résultats de l'aide financière consentie par le Ministère à Génome Québec. Pour ce faire, il est nécessaire d'évaluer la pertinence, l'efficacité et les effets du financement du Ministère, en vue de répondre aux trois questions suivantes :

  1. L'organisme répond-il à des besoins?
    Cette question permet d'évaluer la pertinence du financement du Ministère.
  2. L'organisme est-il efficace dans ses activités?
    Cette question permet d'évaluer l'efficacité du financement du Ministère.
  3. Les effets sont-ils suffisamment probants?
    Cette question permet d'évaluer les retombées du financement du Ministère.

L'évaluation de Génome Québec doit répondre aux besoins de reddition de comptes du gouvernement :

1.4 Le comité d'évaluation

Les objectifs, le rôle et le fonctionnement du comité d'évaluation sont décrits ci dessous. La liste des membres du comité est à la section « Remerciements », à la page 2 du présent document.

Objectifs de la constitution du comité Obtenir une meilleure assurance que les constats du rapport d'évaluation sont valides et fidèles à la réalité, et que les appréciations qui en découlent sont objectives et en conformité avec le présent cadre d'évaluation, déposé auprès des autorités concernées.
Choix des membres Effectué en fonction de leurs connaissances et de leur expérience concernant le soutien public de Génome Québec.
Rôle du comité Valider le cadre et le rapport d'évaluation et conseiller l'évaluateur sur l'orientation des travaux et la stratégie générale d'évaluation, tout en apportant un éclairage sur des questions importantes qui peuvent se poser en cours de réalisation.
Participation
  • Rencontre de démarrage au début du mandat.
  • Consultation et discussions au cours des travaux.
  • Commentaires et validation du cadre et du rapport d'évaluation.

1.5 La portée du mandat

Le protocole d'évaluation, présenté au tableau 1.1, indique les critères d'évaluation associés aux thèmes considérés, de même que les liens avec les trois questions du mandat.

Tableau 1.1 : Le protocole d'évaluation de la performance de Génome Québec

La pertinence de l'organisme (Question 1)

Critères d'évaluations

  1. La compatibilité avec la mission et les priorités du Ministère
  2. Le besoin continu de soutenir l'organisme
  3. L'efficience de l'aide financière du Ministère
Efficacité de l'organisme (Question 2)

Critères d'évaluations

  1. L'atteinte des résultats immédiats visés par le Ministère
  2. Le modèle de gouvernance et de gestion de l'organisme
Effets de l'organisme (Question 3)

Critères d'évaluations

  1. Les effets sur la recherche et le développement d'un pôle technologique
  2. Les effets sur le secteur de la génomique au Québec
  3. Les retombées socioéconomiques pour le Québec

L'évaluation porte sur les résultats de l'aide financière du gouvernement du Québec accordée à Génome Québec. La période d'évaluation débute le 1er avril 2013 et se termine le 31 mars 2017, ce qui correspond aux années financières 2013-2014 (2014), 2014-2015 (2015), 2015-2016 (2016) et 2016-2017 (2017).

1.6 L'aide financière accordée à Génome Québec par le Ministère

Le financement consenti par le Ministère à Génome Québec touche à plusieurs aspects : le fonctionnement de l'organisme, l'appui à la réalisation de projets de recherche, des projets spécifiques tels que CARTaGENE, la contrepartie aux concours de Génome Canada et le Fonds de partenariat pour un Québec innovant et en santé (FPQIS). Du 1er avril 2013 au 31 mars 2017, le Ministère a alloué 123,1 M$ à Génome Québec. Le tableau 1.2 présente les montants consentis à l'organisme par le biais de six décrets (donnant lieu à six conventions de subvention entre le Ministère et Génome Québec) et par le FPQIS.

Tableau 1.2 : Aide financière consentie à Génome Québec par le Ministère, du 1er avril 2013 au 31 mars 2017 (en milliers de dollars)
Décret Date Description 2014 2015 2016 2017 Total
212-2013
239-2016
03-2013
  • Fonctionnement 2013-2014
  • Exploitation des plateformes technologiques
  • Projets de recherche en santé personnalisée
  • Activités de mobilisation
5 100 7 750 5 066 5 991 23 907
1141-2014 12-2014
  • Fonctionnement 2014-2015
  • Projets de recherche en génomique
  3 075     3 075
239-2016 03-2016
  • Fonctionnement 2015-2016
  • Soutien aux plateformes 2015-2016
  • Projets de recherche en génomique
      8 444 8 444
740-2016 08-2016
  • Fonctionnement 2016-2017
  • Soutien aux plateformes de recherche 2016-2017
      2 764 2 764
1042-2016 12-2016
  • Projets de recherche en ressources naturelles et environnement
  • PPAG rondes 7 et 8
  • Innovation de rupture
  • Projets spécifiques
      1 959 1 959
220-2017 03-2017
  • Projets de recherche en santé personnalisée
      40 000 40 000

Décrets Description 2014 2015 2016 2017 Total
Source : Sources : Six décrets du gouvernement du Québec et six conventions de subvention entre le MESI et Génome Québec.
  TOTAL décrets 5 100 10 825 5 066 59 158 80 149
FPQIS Fonds de partenariat pour un Québec innovant et en santé 500 18 825 10 127 14 226 42 990
  TOTAL (décrets + FPQIS) 5 600 28 962 15 193 73 384 123 139

Chapitre 2 : Le portrait de l'organisme

2.1 L'historique

Créé en 2000, Génome Québec est un organisme privé, à but non lucratif, financé par trois sources : Génome Canada, le gouvernement du Québec (par l'entremise du Ministère) et le secteur privé. Depuis sa création, GQ a permis au Québec de prendre une longueur d'avance dans la recherche en génomique. De nombreuses sphères d'activité ont bénéficié des recherches soutenues par Génome Québec et son Centre d'innovation. La génomique est aujourd'hui considérée comme une technologie porteuse d'avenir pour l'économie, notamment en santé humaine, en environnement, en foresterie et en agroalimentaire.

En 2015, Génome Québec a célébré ses 15 ans. Pour l'occasion, un microsite qui présente 15 ans d'histoire sur la recherche génomique a été conçu1. Depuis 2001, 160 projets de recherche scientifique ont été financés, 800 chercheurs ont été soutenus et il y a eu plus de 935 M$ de projets et de réalisations.

2.2 La mission et les valeurs

Génome Québec a pour mission de catalyser le développement et l'excellence de la recherche en génomique, son intégration et sa démocratisation. L'organisme contribue au développement économique et au rayonnement du Québec, ainsi qu'au bien-être de la société. Il contribue à accélérer la découverte de nouvelles applications dans des secteurs stratégiques tels la santé humaine, la foresterie, l'environnement et l'agroalimentaire. Sa mission se résume en cinq grands objectifs :

La vision de l'organisme est la suivante : Génome Québec est reconnu pour son leadership affirmé dans la mise en place d'un environnement optimal pour le développement de la recherche en génomique.

Située au cœur de l'évolution de la biotechnologie, la génomique apporte chaque jour de nouvelles connaissances sur le fonctionnement du vivant et sur les causes des maladies. Elle contribue ainsi à l'amélioration de la santé humaine et des autres domaines du vivant. Quel que soit le champ de recherche concerné, les implications de la génomique sont multiples. En voici quelques exemples :

2.3 Les activités et les services

Pour accomplir sa mission, Génome Québec finance des initiatives majeures de recherche en génomique, en mettant en place les outils nécessaires au développement scientifique et stratégique du domaine. À cet effet, l'organisme réalise les activités suivantes :

2.4 Les plateformes technologiques

Dans la réalisation de sa mission, Génome Québec appuie la réalisation de projets de recherche sélectionnés par la voie de ses concours. Toutefois, de nombreux autres projets sont réalisés au sein des infrastructures de recherche mises en place par son action. Ces plateformes de recherche contribuent à renforcer la compétitivité du système d'innovation en génomique au Québec et à y créer un climat propice à l'essor de la génomique. Ainsi, Génome Québec s'est doté de plateformes de recherche qui profitent à l'ensemble de la communauté scientifique et à l'industrie grâce à son expertise et à des infrastructures à la fine pointe de la technologie. Les trois plateformes technologiques (décrites ci après) et les cohortes populationnelles favorisent l'attraction de projets internationaux.

Le Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill

Le Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill est un centre de recherche de premier ordre en génomique. Depuis sa fondation en 2002, il a développé une expertise dans le domaine des troubles génétiques complexes comme les maladies cardiaques, l'asthme et le diabète de type 2, et représente aujourd'hui une ressource essentielle pour de nombreux projets de recherche dans le secteur de la santé humaine, de la foresterie, des maladies infectieuses, de l'agriculture et de l'environnement. Le Centre est également la référence québécoise dans l'appropriation des nouvelles technologies génomiques et du développement des protocoles d'utilisation optimale. Il offre des services complets d'analyses de l'ADN et de l'ARN, de quelques échantillons à plusieurs dizaines de milliers par semaine. Les services de génomique à grande échelle du Centre d'innovation s'articulent autour du séquençage (y compris le séquençage à ultra-haut débit), du génotypage, de la génomique fonctionnelle et de l'extraction supportés par une infrastructure, d'outils (Nanuq), d'une expertise unique en bio-informatique et de l'extraction d'acide nucléique. Le Centre d'innovation héberge également le Centre canadien de génomique computationnelle (C3G), qui offre des services bio informatiques.

Biobanque Génome Québec et Centre hospitalier affilié universitaire régional de Chicoutimi

La Biobanque Génome Québec et Centre hospitalier affilié universitaire régional de Chicoutimi est une infrastructure de calibre mondial à la fine pointe de la technologie, consacrée à la gestion d'échantillons biologiques et non biologiques qui peuvent influencer la santé humaine ou interagir avec elle. La Biobanque soutient notamment des projets d'envergure tels que CARTaGENE. Elle facilite l'intégration des « sciences omiques » dans un continuum de projets qui va des populations aux communautés. La Biobanque jouit d'une affiliation avec l'Université de Montréal et sert de plateforme technologique à Génome Québec.

Centre intégré de génomique clinique pédiatrique CHU Sainte-Justine et Génome Québec

Le CHU Sainte-Justine et Génome Québec ont créé le premier centre canadien intégré de génomique clinique pédiatrique. Ce centre permet le développement de solutions pour relever les défis diagnostiques chez l'enfant qui souffre d'une maladie génétique. Cette initiative a pour objectif de transformer la qualité des soins offerts aux jeunes patients, pour une meilleure prévention dès l'enfance. Génome Québec est responsable des opérations de la plateforme, y compris la production des séquences et l'analyse bio informatique.

2.5 La structure administrative

Le conseil d'administration de Génome Québec est formé de 12 membres et de deux observateurs, dont un du Ministère. Il est appuyé par quatre comités : le comité des finances (trois membres), le comité de la gouvernance, de la nomination et des ressources humaines (sept membres), le comité exécutif (cinq membres) et le comité de direction (cinq membres). Voici un organigramme succinct de la structure administrative de GQ :

2.6 Les résultats financiers

Le tableau 2.1 dresse le portrait des résultats financiers de Génome Québec, pour les années financières 2014 à 2017, selon les années financières de l'organisme.

Tableau 2.1 : Aperçu des états financiers de Génome Québec de 2014 à 2017 (en milliers de dollars)
Revenus annuels (en milliers de dollars) 2014 2015 2016 2017
Source : États financiers audités de Génome Québec.
Amortissement des apports reportés afférents aux charges 36 137 44 150 40 424 37 695
Amortissement des apports reportés afférents aux immobilisations corporelles 215 218 219 215
Revenus de placements 596 352 167 162
Revenus des centres technologiques 15 285 16 502 17 213 16 545
Autres contributions 102 713 646 451
Total des revenus 52 335 61 935 58 668 55 069
Charges totales 52 117 61 413 59 926 54 381
Bénéfice (déficit) net de l'exercice 218 522 -1 258 688

2.7 L'illustration de l'intervention gouvernementale

Le tableau à l'annexe 1 du présent document illustre la logique de l'intervention gouvernementale, en démontrant la cohérence des liens entre les objectifs de l'aide accordée, les résultats attendus et les retombées souhaitées des activités de l'organisme.

Chapitre 3 : La stratégie d'évaluation

3.1 La méthode de travail

La méthode de travail peut se résumer selon ce principe général : « Rien n'est affirmé qui n'ait fait l'objet d'un constat au travers des données recueillies; rien n'est écrit dans les versions définitives du cadre et du rapport qui n'ait fait l'objet d'une validation par le comité d'évaluation ».

Par ailleurs, cette évaluation est réalisée en appliquant la Charte de l'évaluation des programmes et les normes de qualité énoncées dans le Guide de l'évaluation de programme du Ministère et reconnues, notamment, par la Société canadienne d'évaluation. Ces normes sont les suivantes :

Le protocole d'évaluation permet d'établir les critères, les cibles et les indicateurs de résultats, pour chacun des trois thèmes considérés, en l'occurrence la pertinence, l'efficacité et les effets des activités réalisées par Génome Québec, dans le cadre du financement public reçu pour son fonctionnement et pour la réalisation de projets de recherche. Pour chacun de ces thèmes, le format de présentation est le même : un rappel de la question d'évaluation, suivi des critères, des cibles de résultats et des indicateurs considérés.

3.2 La méthode d'appréciation des résultats

Les critères d'évaluation et les cibles de résultats déterminés découlent d'un examen de la documentation administrative relative à l'organisme ainsi que des orientations du Ministère et des politiques gouvernementales dans le domaine. Lorsque l'information disponible ne fournit aucune indication sur les cibles, elles reflètent alors les pratiques habituelles d'évaluation du Ministère.

Dans le but d'apprécier la performance de l'organisme, un pointage de 0 à 100 est attribué aux résultats constatés, en fonction des écarts par rapport aux cibles. Ce pointage permet ainsi de qualifier les résultats de l'organisme, selon l'une des quatre appréciations présentées dans le tableau 3.1. Par ailleurs, le pointage est donné en fonction de la pondération présentée au tableau 3.2 (les deux tableaux sont à la page suivante).

Les critères comportent deux, trois ou quatre cibles, selon le cas. L'atteinte des cibles pour chaque critère est évaluée en fonction des pointages suivants :

Tableau 3.1 : Échelle d'appréciation des résultats
Appréciation qualitative Intervalle
Résultats très satisfaisants 90 - 100
Résultats satisfaisants 70 - 89
Résultats insatisfaisants 50 - 69
Résultats très insatisfaisants 0 - 49

Tableau 3.2 : Pondération appliquée aux thèmes considérés
Thèmes Poids en pourcentage
La pertinence de l'organisme 35
L'efficacité de l'organisme 35
Les effets de l'organisme 30

3.3 Les sources de données

Conformément aux pratiques d'évaluation en vigueur au Ministère, plusieurs sources de données ont été utilisées, de façon à croiser l'information pour en vérifier l'exactitude.

1. Une requête d'information adressée à Génome Québec

Deux formulaires ont été transmis par courriel aux dirigeants de GQ : un formulaire (fichier Excel) qui permet de recueillir des informations de nature quantitative, et un autre (fichier Word), des informations de nature qualitative. Les documents ont été remplis par les dirigeants de GQ, et les données recueillies ont été croisées avec l'information disponible, notamment, dans les rapports annuels d'activité et les états financiers, et avec toute information pertinente transmise par les représentants de GQ. Par ailleurs, le formulaire Word informe l'organisme de l'échelle de pointage utilisée par l'évaluateur pour apprécier l'atteinte des résultats.

2. Des sondages téléphoniques

Un sondage téléphonique a permis de joindre les trois populations à l'étude, soit les chercheurs qui participent aux projets de recherche, les clients des centres technologiques et les partenaires de Génome Québec dans la conduite d'activités, dont des entreprises. Les listes de répondants potentiels ont été fournies par l'organisme. Le rendement du sondage réalisé, selon les trois populations visées, est présenté à la page suivante.

3. Examen de la documentation relative au PSR et aux centres de recherche appliquée

Il s'agit de la documentation administrative officielle relative aux centres de recherche appliquée et au programme qui permet au Ministère de les financer. Différents documents et données statistiques provenant des responsables de l'organisme et de sites Internet des ministères du gouvernement du Québec ont été consultés.

4. Étalonnage avec des organismes comparables

Un étalonnage concurrentiel de la performance de Génome Québec a été effectué avec des organismes similaires de financement de la recherche, tels que les autres centres de génomique canadiens (Genome BC, Genome Alberta, Genome Prairie, Ontario Genomics et Genome Atlantic), Génome Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Le ratio des dépenses administratives sur le portefeuille total des projets de recherche sous gestion est un indicateur qui sert à la comparaison entre les différents organismes cités et Génome Québec.

3.4 Le rendement des sondages téléphoniques

Une firme privée mandatée pour l'occasion a réalisé les sondages téléphoniques, qui se sont déroulés en octobre 2017. Ils offrent des taux de réponse variant entre 48 % (pour les chercheurs et les partenaires) et 51 % (pour les clients).

Le degré d'exactitude des données d'enquête correspond aux marges d'erreur suivantes, pour les trois populations à l'étude :

Le rendement des enquêtes téléphoniques est présenté dans le tableau 3.3. Les populations à l'étude sont recensées au préalable. Ainsi, aucun échantillonnage n'a été effectué.

Tableau 3.3 : Rendement des sondages téléphoniques
Populations ciblées Populations de base Nombre de répondants (nombre) Taux de réponses (Pourcentage) Marges d'erreur (Pourcentage)
Source : Enquête chercheurs, clients et partenaires, MESI, novembre 2017.
Les listes de répondants potentiels (populations de base) ont été fournies par GQ. Le nombre de répondants correspond
au nombre de questionnaires remplis et les marges d'erreur expriment le degré d'exactitude des données (ou la variabilité).
Chercheurs 46 22 48 % 15,3 %
Clients 39 20 51% 15,5 %
Partenaires 62 30 48 % 13,0 %

Chapitre 4 : La pertinence de l'organisme

4.1 Critère 1 - La compatibilité avec la mission et les priorités du Ministère

Les cibles

  1. La cohérence entre l'action de Génome Québec et les interventions du Ministère.
  2. L'adéquation des activités de recherche de l'organisme avec les objectifs du Ministère.
  3. L'utilisation des plateformes de recherche.

Constats relatifs à la cible 1

La cible est atteinte. L'action de Génome Québec est cohérente avec les interventions du Ministère. La génomique est un secteur d'importance, qui s'inscrit dans les grandes priorités du Ministère en particulier et du gouvernement du Québec en général. Cela se reflète par la présence et la mention de GQ dans diverses grandes stratégies gouvernementales, soit la SQRI, la Stratégie québécoise des sciences de la vie, la Stratégie numérique du Québec, la Stratégie maritime du Québec, la Stratégie gouvernementale de développement durable, la Stratégie d'aménagement durable des forêts, ainsi qu'une stratégie bioalimentaire qui devrait être déposée sous peu.

La récente SQRI réitère le soutien du gouvernement du Québec à GQ par un appui particulier aux plateformes technologiques (des équipements spécialisés pour offrir des services de pointe) et par des investissements dans la recherche collaborative et les projets innovants (un accroissement du soutien apporté à la génomique et aux soins personnalisés ainsi qu'aux partenariats stratégiques). Le soutien à la génomique et aux soins personnalisés par l'appui à Génome Québec vise des effets sur les grandes entreprises, sur les institutions et organismes de recherche et d'innovation et sur les citoyens, et représente une action structurante sur l'économie.

Tous les secteurs d'application de la génomique représentent un potentiel important pour l'économie du Québec. Plusieurs des industries qui peuvent bénéficier de ces applications sont solidement ancrées dans le tissu industriel de la province. Quatre secteurs stratégiques sont priorisés par GQ, soit la santé, l'agroalimentaire, la foresterie et l'environnement. Pour Génome Québec, la démocratisation, l'appropriation des nouvelles connaissances par les milieux utilisateurs et l'implantation de la génomique constituent des éléments essentiels pour stimuler le développement économique et le rayonnement du Québec. C'est dans cette perspective que les questions relatives aux enjeux légaux, éthiques, économiques, environnementaux et d'acceptabilité sociale sont au cœur de sa stratégie.

Selon ses représentants, Génome Québec possède les connaissances, les infrastructures et la volonté nécessaires pour contribuer au développement d'une société en santé, créer de la richesse et être reconnu parmi les meilleurs. Parmi les organismes québécois se consacrant à la recherche et à l'innovation, GQ est l'un des mieux positionnés pour jouer un rôle de premier plan dans un Québec qui a justement choisi de miser sur la recherche et l'innovation pour dynamiser son économie. Grâce à la structure de son modèle d'affaires et à sa flexibilité opérationnelle, GQ est en mesure de stimuler l'apport du secteur privé et d'autres partenaires.

Génome Québec se distingue par son modèle d'affaires basé sur l'effet de levier de l'aide publique du Québec. Avec son mandat de développement scientifique et stratégique de la génomique, il s'est imposé comme un expert multidisciplinaire, un ambassadeur de l'excellence et un catalyseur de compétitivité.

Depuis 2001, plus de 1 G$ ont été investis au Québec en génomique par le biais de GQ : à un investissement de 318 M$ du Ministère se sont ajoutés 276 M$ de Génome Canada et 432 M$ d'autres partenaires.

Constats relatifs à la cible 2

La cible est atteinte. L'objectif du Ministère est de soutenir des activités de recherche en génomique, et les réalisations constatées en témoignent. Lors de la période d'évaluation, 99 projets de recherche différents ont été en cours de réalisation (graphique 4.1). De ces projets, 67 ont été démarrés et 44 ont été terminés, au cours de la même période. Un peu plus de la moitié (51 %) sont des projets de recherche collaborative entreprises-universités. Les autres sont des projets de recherche réalisés avec des chercheurs universitaires uniquement.

Graphique 4.1 : Réalisation de projets de recherche

99 projets de recherche en cours de réalisation lors de la période d'évaluation, dont :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Les projets de recherche couvrent tous les secteurs stratégiques de GQ, soit la santé (45 %), l'agroalimentaire (12 %), l'environnement (11 %), la foresterie (6 %) et les technologies génomiques (plateformes et outils bio-informatiques, 26 %). Le nombre de projets de recherche gérés par GQ a été stable lors des trois premières années de la période d'évaluation, avec une moyenne de 50 projets en activité par année. Ce nombre a augmenté de 31 % lors de la dernière année, pour atteindre 64. Selon les représentants de GQ, le nombre de collaborations entreprises-universités est en croissance constante, ce qui dénote une implication de plus en plus importante des industries et des milieux preneurs dans les projets à tous les stades de développement technologique et donne lieu à la création de programmes de partenariat entreprises-universités (Programme de partenariats pour les applications de la génomique [PPAG] et Fonds de partenariat pour un Québec innovant et en santé [FPQIS]), où l'accent est mis sur les aspects appliqués et translationnels de la génomique.

Chacune des quatre années de la période d'évaluation, cinq projets de recherche intégrés dans des programmes internationaux de financement de la recherche étaient en cours de réalisation. Les 67 projets de recherche démarrés lors de la période d'évaluation ont donné lieu à des investissements totaux de 224,3 M$, dont un peu plus de 121 M$ en espèces et un peu plus de 103 M$ en nature (graphique 4.2).

Graphique 4.2 : Investissements dans les 67 projets démarrés

224,3 M$ d'investissement dans les 67 projets démarrés, dont :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Le graphique 4.3 illustre les niveaux de participation des chercheurs et des partenaires aux activités de GQ lors de la période d'évaluation. La grande majorité des partenaires (83 %) ont cofinancé des projets de recherche réalisés par l'organisme. Les trois quarts des chercheurs et des partenaires ont réalisé un projet de recherche financé par l'organisme, et un peu moins des deux tiers (64 %) des chercheurs ont acheté des services des plateformes technologiques.

Graphique 4.3 : Participations des chercheurs et des partenaires

Source : Enquête chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

Un peu plus des deux tiers des partenaires (68 %) ont participé à des activités de communication de l'organisme (congrès, colloques, etc.), et un peu moins de la moitié (43 %) ont participé à un comité d'experts coordonné par GQ.

Le nombre de projets démarrés par l'organisme représente environ 28 % du nombre de demandes reçues (graphique 4.4).

Graphique 4.4 : Taux de succès des demandes de subvention aux concours

28 % de taux de succès des demandes de subvention aux concours, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Selon les représentants de l'organisme, ce taux témoigne de la forte concurrence entre les équipes de recherche pour accéder au financement de projets et démontre un niveau de réussite assez élevé dans le maintien de la motivation des chercheurs à présenter des projets de recherche en génomique.

Constats relatifs à la cible 3

La cible est atteinte. Lors de la période d'évaluation, une moyenne annuelle de 925 utilisateurs ont fait usage des services offerts par les trois plateformes technologiques de l'organisme, dont environ la moitié (51 %) étaient des universitaires du Québec, le tiers étaient des universitaires canadiens et 10 % étaient des universitaires provenant de l'extérieur du pays (graphique 4.5).

Graphique 4.5 : Utilisateurs des plateformes technologiques

925 utilisateurs en moyenne par année

+7,2 % : variation du nombre d'utilisateurs de 2014 à 2017

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Entre 2014 et 2017, le nombre total d'utilisateurs des plateformes a augmenté de 7 %, passant de 907 à 972. Selon les représentants de GQ, le nombre d'équipes qui ont fait appel aux services technologiques du Centre d'innovation a grimpé de 68 % au cours des dix dernières années, pour atteindre un équilibre autour de 900 équipes entre 2013 et 2016. Cette hausse est apparente dans toutes les catégories d'utilisateurs, sauf les projets des concours à grande échelle de Génome Canada, ce qui s'explique par la fin des projets financés dans le cadre du concours La génomique et la santé personnalisée. Le Centre d'innovation est le plus important centre de service technologique de génomique au Canada.

Tous les clients sondés sont d'avis que l'offre de services du Centre d'innovation est très compétitive hors Québec et que le modèle centralisé de plateforme est encore actuel et efficace (graphique 4.6).

Graphique 4.6 : Perception sur les plateformes technologiques par les clients

Tous les clients considèrent que :

Source : Enquête clients, MESI, novembre 2017.

Le graphique 4.7 illustre les taux d'utilisation des trois plateformes technologiques de l'organisme lors de la période d'évaluation.

Graphique 4.7 : Taux d'utilisation des plateformes technologiques

Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill :

Biobanque Génome Québec et Centre hospitalier affilié universitaire régional de Chicoutimi :

Centre intégré de génomique clinique pédiatrique CHU Sainte-Justine et Génome Québec :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Pour le Centre d'innovation, seuls les équipements de séquençage à haut débit Illumina sont considérés. Il y a eu une utilisation moyenne des plateformes HiSeq 2000 et HiSeq 2500 supérieure à 85 % de 2013 à 2016, et une migration vers les plateformes plus performantes HiSeq 4000 et HiSeq X lors de leur mise en service en 2017.

En ce qui concerne la Biobanque, le nombre de projets réalisés et d'échantillons traités a augmenté de 40 % en 2017 comparativement aux années précédentes. La Biobanque dispose d'une capacité de stockage de plusieurs millions d'échantillons, principalement dans la voûte à température ambiante.

Les activités du Centre de génomique clinique ont débuté en 2013 avec la mise en marche d'un séquenceur HiSeq 2500. L'implantation du HiSeq 4000 à la fin de 2015 a procuré plus de redondance, de capacité et de flexibilité opérationnelle au Centre. L'utilisation des instruments se maintient autour de 50 % et 10 %, respectivement, pour ces deux séquenceurs. Actuellement, les activités du Centre sont faites sous un mandat de recherche. Cependant, le Centre dispose maintenant de la capacité nécessaire et des procédures d'opération normalisées (PON) pour effectuer le séquençage clinique pour le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ce domaine d'activité est appelé à se développer dès l'annonce attendue du MSSS concernant l'intégration des séquençages cliniques dans le milieu de la santé au Québec.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 1 (Cibles 1 à 3)

Les résultats sont jugés satisfaisants, car Génome Québec a su faire la démonstration de l'adéquation de sa mission et de ses activités de recherche avec les interventions et les objectifs du MESI. Les trois plateformes technologiques que l'organisme fait fonctionner ont été utilisées, et le nombre total d'utilisateurs des plateformes a augmenté de 7 % entre 2014 et 2017.

4.2 Critère 2 - Le besion continue de soutenir l'organisme

Les cibles

  1. La persistance des besoins d'intervention publique en génomique et la concordance avec la mission, les orientations et les stratégies du Ministère.
  2. L'utilité et la valeur ajoutée des activités de GQ clairement perçue par au moins 75 % des chercheurs, des clients et des partenaires.
  3. Un faible risque de concurrence ou de duplication avec d'autres organismes du système québécois d'innovation (complémentarité) et des caractéristiques distinctives manifestes.

Constats relatifs à la cible 4

La cible est atteinte. Seulement huit des 22 chercheurs sondés considèrent qu'ils auraient pu réaliser partiellement le même projet de recherche, donc dans une moindre ampleur, sans la présence et l'assistance de Génome Québec (graphique 4.8).

Graphique 4.8 : Sans Génome Québec

Seulement 8 des 22 chercheurs

Source : Enquête chercheurs, MESI, novembre 2017.

De l'avis des représentants de l'organisme, au cours des 17 dernières années, GQ a contribué à l'établissement d'une masse critique de chercheurs et de nouvelles connaissances. Le Québec dispose d'expertises et d'infrastructures de calibre mondial, avec des avantages compétitifs qui lui permettent de se distinguer parmi les meilleurs.

Utilisé à sa pleine capacité, un tel créneau d'excellence pourrait notamment contribuer à hisser le Québec parmi les dix leaders de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en matière de recherche et d'innovation.

Après des investissements majeurs en recherche génomique, le Québec verra les applications de cette science de rupture se multiplier au cours des prochaines années. Les retombées de la génomique bénéficient tant à l'industrie, aux institutions publiques et aux citoyens qu'à la société québécoise, canadienne et internationale. La génomique permet de mieux prévenir et traiter la maladie, et même de sauver des vies. Elle permet aussi de développer de nouveaux produits et procédés industriels qui contribueront à maintenir les citoyens en santé, à limiter les effets des changements climatiques, à mettre au point des solutions de remplacement au pétrole, à augmenter la sécurité alimentaire et à rendre l'environnement et les ressources naturelles plus durables. Une étude récente (McKinsey, 2017) indique que les retombées de l'utilisation de la génomique seront de 0,7 à 1,6 billion de dollars annuellement, d'ici 2025.

Constats relatifs à la cible 5

La cible est dépassée. Tous les clients des plateformes technologiques, les chercheurs et les partenaires sondés sont d'avis qu'en cas de disparition de Génome Québec, la recherche et le développement dans le secteur de la génomique au Québec déclineraient (graphique 4.9).

Graphique 4.9 : Perceptions quant à la disparition de l'organisme

Tous les clients des plateformes, les chercheurs et les partenaires

Source : Enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

Les commentaires ouverts donnés par les répondants pour expliquer les raisons du déclin sont en annexe. En général, ceux-ci considèrent qu'il y aurait moins de recherches, moins d'applications et moins de projets dans le domaine de la génomique sans la présence de l'organisme.

Depuis 2006, dans une perspective d'amélioration continue des services, les utilisateurs du Centre d'innovation sont invités à participer à un sondage sur la satisfaction. Environ 450 utilisateurs communiquent leur niveau de satisfaction à l'égard de la qualité des services offerts, du soutien technique offert, des prix et des délais de traitement de leurs projets. Parmi les utilisateurs, 93 % sont, de manière générale, satisfaits ou très satisfaits. Ceci se manifeste aussi par leur fidélité, car la proportion d'utilisateurs est croissante depuis trois ans.

Constats relatifs à la cible 6

La cible est atteinte. Selon les clients, les chercheurs et les partenaires sondés, les services offerts par Génome Québec ne sont comparables avec ceux d'aucun autre organisme québécois de recherche (graphique 4.10).

Graphique 4.10 : Perceptions quant à la complémentarité des services de Génome Québec

Aucun client, chercheur ou partenaire ne considère les services de GQ comparables à ceux d'autres organismes québécois. Ils les considèrent :

69 répondants :

Source : Enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

Plus de la moitié des répondants (54 %) sont plutôt d'avis que les services de GQ sont uniques, tandis que pour 41 % des répondants, les services sont différents.

Selon ses dirigeants, Génome Québec a un rôle unique au Québec, et complémentaire à des organismes traditionnels de financement de la recherche comme le Fonds de recherche du Québec (FRQ). GQ se concentre sur une seule science de rupture, la génomique, dont les champs d'application sont multiples et correspondent aux priorités de développement du Québec. Quant au FRQ, sa mission est de promouvoir et de soutenir financièrement la recherche, la mobilisation des connaissances et la formation des chercheurs au Québec.

Ainsi, le FRQ soutient les étudiants par des bourses de formation, des bourses de carrière, des subventions de recherche pour l'établissement de jeunes chercheurs, de collaborations internationales et de centres et réseaux thématiques, alors que Génome Québec finance de grands projets de recherche en génomique ainsi que des projets ciblés en réponse aux attentes des milieux utilisateurs. Le modèle d'affaires de Génome Québec se distingue de celui des autres organismes d'appui à la recherche par ces caractéristiques :

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 2 (Cibles 4 à 6)

Les résultats sont jugés très satisfaisants, car l'évaluation juge probante la démonstration de la persistance des besoins d'intervention publique en génomique. Les interventions de GQ concordent avec la mission, les orientations et les stratégies du Ministère. Par ailleurs, l'évaluation juge qu'il n'y a pas de chevauchement problématique avec d'autres organismes, en raison de l'utilité, de la valeur ajoutée et de la complémentarité, reconnues par les clients, les chercheurs impliqués et les partenaires.

4.3 Critère 3 - L'efficience de l'aide financière du Ministère

Les cibles

  1. Un effet de levier du financement du gouvernement du Québec au moins égal à 1.
  2. Un ratio de rendement de la dépense publique au moins égal à 0,5.

Constats relatifs à la cible 7

La cible est dépassée. Sur la période d'évaluation, l'effet de levier de la subvention totale du gouvernement du Québec versée à Génome Québec est de 2,1 (graphique 4.11).

Graphique 4.11 : Effet de levier de la subvention versée par le gouvernement du Québec

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

En effet, 100,9 M$ de subvention du gouvernement du Québec ont donné lieu à 215,3 M$ d'autres appariements en espèces et en nature de l'industrie et des partenaires.

À titre d'information, les deux graphiques suivants (4.12 et 4.13) décomposent l'effet de levier selon deux univers distincts du financement de GQ. L'effet de levier du financement du gouvernement du Québec versé dans le cadre des décrets (62,6 M$) est de 2,8.

Graphique 4.12 : Effet de levier des montants issus des DÉCRETS

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Graphique 4.13 : Effet de levier des montants du FPQIS

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

L'effet de levier du financement du gouvernement du Québec versé dans le cadre du FPQIS est de 1,05.

L'effet de levier du financement provincial a présenté une augmentation de 2 à 2,5 lors de la période d'évaluation. Cette augmentation est représentative d'une implication progressive des partenaires provenant entre autres du milieu de l'industrie, qui augmentent leur pourcentage de participation au financement des projets. Par exemple, le Programme de partenariats pour les applications de la génomique (PPAG) implique un financement de 50 % provenant de l'industrie et des milieux preneurs, alors que des concours antérieurs exigeaient de ces mêmes acteurs un financement de 15 %.

L'effet de levier du portefeuille de Génome Québec pris isolément des données du FPQIS a augmenté de 2,1 en 2014 à 4,1 en 2017.

Constats relatifs à la cible 8

La cible est dépassée. Le ratio de rendement de la dépense publique versée à Génome Québec par les gouvernements fédéral et provincial est estimé à 0,93 (graphique 4.14).

Graphique 4.14 : Ratio de rendement de la dépense publique versée à l'organisme, issue des décrets

Retombées économiques :

TOTAL des retombées : 185,5 M$

Coûts économiques de la dépense publique :

TOTAL de la dépense publique : 198,7 M$

Ratio de rendement de la dépense publique :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

En tenant compte du coût d'opportunité et du taux d'actualisation, des coûts totaux de 199 M$ pour les deux paliers de gouvernement (soit 103,5 M$ du provincial et 95,3 M$ du fédéral) ont donné lieu à 185,5 M$ de bénéfices, soit 55 M$ de bénéfices directs (essentiellement, les revenus des centres technologiques) et 130,4 M$ de bénéfices indirects (les apports du fédéral et les appariements des partenaires dans les projets).

Il faut souligner que ce modèle d'analyse est conservateur. En effet, il sous-estime les retombées réelles et ultimes des activités et des projets de Génome Québec, car il n'inclut pas les retombées financières ou les externalités positives de ces activités et projets. Il considère uniquement les flux financiers qui ont transité dans la réalisation des activités et des projets de l'organisme.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 3 (Cibles 7 à 8)

Les résultats sont jugés très satisfaisants, car l'effet de levier du financement du gouvernement du Québec versé à l'organisme est de 2,1 (100,9 M$ de subvention du gouvernement du Québec ont donné lieu à 215,3 M$ d'autres appariements et d'autres revenus de la part de l'industrie et des partenaires). Pour sa part, le ratio de rendement estimé de la dépense publique versée à l'organisme est de 0,93, car en tenant compte du coût d'opportunité et du taux d'actualisation (6 %), des coûts totaux de 199 M$ pour les deux paliers de gouvernement ont donné lieu à 185,5 M$ de bénéfices économiques (sans tenir compte de bénéfices externes, par exemple sur le chiffre d'affaires d'entreprises).

Chapitre 5 : L'efficacité de l'organisme

5.1 Critère 4 - L'atteinte des résultats immédiats visés

Les cibles

  1. La présence de plusieurs mécanismes d'appui à la recherche.
  2. La présence d'investissements de GQ réalisés pour l'appui à la réalisation de recherche.
  3. La diffusion des connaissances.
  4. La réalisation d'activités de transfert de technologies et de connaissances.
  5. Un taux de succès d'obtention du financement au moins égal à 23 %.

Constats relatifs à la cible 9

La cible est atteinte. Lors de la période d'évaluation, les principaux mécanismes d'appui à la recherche mis en place par Génome Québec ont été la création d'une plateforme de recherche, l'accompagnement de chercheurs et le démarchage de chercheurs, d'entreprises et de milieux preneurs (graphique 5.1).

Graphique 5.1 : Mécanismes d'appui au développement de la recherche

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Accompagnement des chercheurs : Depuis 2012, GQ fournit un accompagnement personnalisé aux équipes qui désirent soumettre des projets. L'accompagnement, dont le but est d'augmenter la compétitivité des équipes québécoises à l'échelle nationale, inclut entre autres une assistance à la rédaction des demandes, des évaluations amicales par des comités de pairs ainsi que des mises en situation de présentations orales.

Centres technologiques : Le nombre d'équipes de recherche qui font appel à l'expertise technologique du Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill est en croissance (972 équipes en 2017, une hausse de 8 % par rapport à l'année précédente), y compris chez les entreprises privées. Des investissements ont été réalisés pour la création d'un nouveau centre technologique, soit le Centre intégré de génomique clinique pédiatrique CHU Sainte-Justine et Génome Québec.

Démarchage de chercheurs, d'entreprises et de milieux preneurs : Génome Québec fait du démarchage, que ce soit auprès des chercheurs pour les encourager à présenter des projets de recherche aux concours, ou auprès des entreprises et des milieux preneurs pour les inciter à participer de près ou de loin aux projets de recherche. Pour ce faire, il réalise les actions suivantes :

Constats relatifs à la cible 10

La cible est atteinte. Lors de la période d'évaluation, Génome Québec a réalisé des investissements pour l'appui au développement de la recherche en génomique au Québec, dont la nature et les montants sont indiqués au graphique 5.2, ci-contre.

Graphique 5.2 : Investissements réalisés pour l'appui au développement de la recherche

1,4 M$ en investissements, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

De l'avis de ses dirigeants, Génome Québec affirme son leadership dans l'appui à la recherche en génomique de manière proactive en investissant ses fonds propres (actifs nets) pour la réalisation de diverses activités, comme les suivantes :

La baisse des investissements en fonds propres en 2016-2017 découle de deux facteurs : des activités sont maintenant financées par le Ministère; et il y a peu de fonds disponibles pour investissement, en raison de faibles rendements sur les montants investis.

Constats relatifs à la cible 11

La cible est atteinte. Lors des quatre années de la période d'évaluation, un total de 2 058 activités de diffusion des résultats de la recherche ont été effectuées, soit 1 264 participations à des conférences à titre de conférencier et la publication de 794 articles scientifiques (graphique 5.3).

Graphique 5.3 : Activités de diffusion des résultats de la recherche réalisées

2 058 activités réalisées, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Les activités de diffusion des connaissances et des résultats de la recherche qui découlent des projets soutenus sont caractérisées selon deux indicateurs, soit le nombre d'articles scientifiques publiés et le nombre de participations à des conférences à titre de conférencier.

Ces deux indicateurs sont communément utilisés dans le domaine des sciences biologiques pour évaluer les retombés scientifiques des projets de recherche. Les activités de diffusion sont en nombre important pour les projets du portfolio de Génome Québec avec, en moyenne, 199 articles publiés et 316 présentations à des conférences par année, tous projets confondus. Cela équivaut à environ dix activités de diffusion par année par projet.

Constats relatifs à la cible 12

La cible est atteinte. Les activités de transfert de technologies réalisées par Génome Québec sont caractérisées par le nombre de déclarations d'invention ou le nombre de brevets, ainsi que par le nombre d'entreprises créées pour commercialiser les résultats de la recherche. Les résultats présentés font état de 72 déclarations d'invention ou brevets, ainsi que de la création de huit entreprises (graphique 5.4).

Graphique 5.4 : Activités de transfert réalisées

80 activités réalisées, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Ces résultats sont en adéquation avec les aspects appliqués et translationnels des projets soutenus.

Constats relatifs à la cible 13

La cible est dépassée. Lors des quatre années de la période d'évaluation, Génome Québec a obtenu une proportion de 35,3 % du financement total en génomique au Canada, soit 81,9 M$ sur un montant total de 232 M$ (graphique 5.5).

Graphique 5.5 : Taux de succès d'obtention du financement

35,3 % de taux de succès d'obtention du financement en génomique au Canada, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

En 2014, GQ a obtenu 55 % des fonds disponibles pour la recherche en génomique au Canada. Cela est attribuable au grand succès obtenu dans le concours La génomique et la santé personnalisée, dans lequel Génome Québec a obtenu environ 60 % de tous les fonds disponibles au pays.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 4 (Cibles 9 à 13)

Les résultats sont jugés satisfaisants, car Génome Québec a mis en place des mécanismes d'appui à la recherche (création d'une plateforme de recherche, accompagnement de chercheurs et démarchage de chercheurs, d'entreprises et de milieux preneurs) et a investi 1,4 M$ en appui au développement de la recherche en génomique au Québec. De plus, l'organisme a réalisé un peu plus de 2 000 activités de diffusion des connaissances et 80 activités de transfert de technologies et de connaissances, en très grande majorité des déclarations d'invention faites par les chercheurs. Finalement, l'organisme a eu un taux de succès de 35,3 % d'obtention du financement en génomique au Canada lors de la période d'évaluation, ce qui est de loin supérieur à la cible de 23 % (qui correspond à la proportion de la population québécoise dans la population canadienne).

5.2 Critère 5 - Le modèle de gouvernance et de gestion de l'organisme

Les cibles

  1. La présence de saines pratiques de gestion.
  2. Le développement de partenariats avec les principaux acteurs québécois du secteur de la génomique, notamment les universités, l'industrie, les gouvernements, le capital de risque et les organismes voués à l'appui à l'innovation.
  3. Des frais administratifs et de gestion égaux ou inférieurs à 10 % des dépenses totales.
  4. La satisfaction d'au moins 75 % des chercheurs universitaires et des entreprises participant à des projets de recherche ou utilisant les plateformes de recherche, et d'au moins 75 % des organismes partenaires.
  5. La présence d'un conseil d'administration représentant les principaux milieux d'appui à la réalisation de recherche en génomique au Québec.

Constats relatifs à la cible 14

La cible est atteinte. Génome Québec s'est doté de saines pratiques de gestion, conformes aux normes internationales reconnues pour les organismes à but non lucratif (OBNL). L'organisme relève d'un conseil d'administration composé en majorité de membres indépendants. Le conseil d'administration est appuyé par un comité des finances et un comité de la gouvernance, de la nomination et des ressources humaines, composés uniquement d'administrateurs indépendants. L'organisme s'appuie également sur un comité-conseil scientifique (Conseil pour les initiatives scientifiques et stratégiques – CISS), composé de membres internationaux.

Le conseil d'administration approuve le plan stratégique proposé par la direction, à la suite d'une consultation des chercheurs et des partenaires. Il en assure le suivi et l'évaluation. Il approuve le plan d'action afférent, en évalue la réalisation, fixe annuellement des objectifs d'affaires à l'intention de la direction de l'organisme et en évalue la réalisation.

L'organisme est régi par des règlements, des politiques et des procédures mis à jour régulièrement et approuvés par le conseil d'administration.

La définition et l'évaluation des principaux risques pour l'organisme ainsi que des mesures de mitigation mises en place sont faites par la direction. Elles sont présentées régulièrement au comité des finances et annuellement au conseil d'administration.

À titre d'information, lors de la période d'évaluation, le nombre d'employés de GQ a diminué du tiers, passant de 90 en 2014 à 60 en 2017 (graphique 5.6).

Graphique 5.6 : Employés de Génome Québec

60 employés en 2017, soit :

Évolution 2014-2017 du nombre d'employés :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Constats relatifs à la cible 15

La cible est atteinte. Lors de la période d'évaluation, Génome Québec a entretenu 84 partenariats et collaborations en moyenne par année, dont plus de la moitié (44) avec des universités ou des collèges et près du tiers (27) avec le secteur de la recherche publique (graphique 5.7).

Graphique 5.7 : Partenariats et collaborations avec d'autres acteurs du secteur de la génomique

84 partenariats et collaborations entretenus en moyenne par année, dont :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Cet indicateur présente les partenariats pour lesquels GQ a signé des ententes formelles de concert avec d'autres acteurs du système québécois d'innovation en génomique. La totalité des projets soutenus par GQ étant des projets de recherche universitaire, la plupart des partenariats réalisés (85 %) sont avec des universités ou avec des organisations actives dans le secteur de la recherche publique (par exemple, les centres de recherche hospitaliers universitaires et les autres centres affiliés à des universités). Il y a une augmentation constante du nombre de partenariats avec des entreprises, ce qui reflète une croissance de l'implication des entreprises comme milieux preneurs dans les projets soutenus.

La cible est dépassée. Sur la période d'évaluation, les frais administratifs et de gestion de Génome Québec, d'un montant total de 12,8 M$, représentent une proportion de 4,1 % de ses dépenses totales, qui s'élèvent à 316,2 M$ (graphique 5.8).

Graphique 5.8 : Constats relatifs à la cible 16

4,1 % de frais administratifs et de gestion, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Proportion (%) des frais administratifs et de gestion dans les dépenses totales

Selon les représentants de GQ, le pourcentage des frais administratifs et de gestion sur les dépenses totales a été en baisse constante durant les quatre années, passant de 5,3 % en 2014 à 3,2 % en 2017.

Le montant total des frais administratifs présente une hausse en 2015, passant de 3,1 M$ à 3,5 M$. Cette hausse est conséquente à l'obtention de la gestion du FPQIS, un programme doté d'un budget de 125 M$.

Les frais administratifs et de gestion sont pour la plupart des coûts fixes, jugés incontournables, tels que les salaires et les avantages sociaux de la haute direction, les frais d'électricité et d'entretien, les assurances, les taxes (municipales, scolaires, etc.) et les dépenses de bureau. Pour leur part, les coûts totaux des projets de recherche incluent les dépenses faites par GQ en appui à la réalisation de recherches en génomique, les investissements induits (ou appariements) dans les projets et activités réalisés, ainsi que les revenus des centres technologiques (en excluant les ventes aux projets financés).

Si le calcul de la proportion des frais administratifs et de gestion de GQ portait uniquement sur les dépenses totales de l'organisme (voir le tableau 2.1 de la page 8), alors le résultat serait une proportion de 5,6 % (12,8 M$ de frais administratifs et de gestion pour 227,8 M$ de dépenses totales). Cette proportion est dans les plus basses parmi les organismes similaires tels que les autres organismes de recherche en génomique au Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Selon les résultats de l'étalonnage présenté en annexe (page 41), seul Ontario Genomics fait un peu mieux que Génome Québec, avec une proportion de frais généraux et administratifs de 5,4 % de ses dépenses totales. Pour leur part, les IRSC ont une proportion de 5,7 % de charges de fonctionnement, et Génome Canada obtient une proportion de 8 % de dépenses de gestion des programmes et de services corporatifs. Pour les autres organismes de recherche en génomique (Prairies, Alberta, Colombie-Britannique et Atlantique), les taux atteignent 20 % et plus. Il est à noter que cet étalonnage a été effectué pour fournir une information complémentaire et que la comparaison entre les organismes doit demeurer prudente, en raison des postes de dépenses, du volume monétaire sous gestion et de la période de comparaison qui diffère (quatre années pour Génome Québec et deux années pour les autres organismes, soit 2016 et 2017).

Constats relatifs à la cible 17

La cible est dépassée. Comme le démontre le graphique 5.9, tous les clients, les chercheurs et les partenaires sondés expriment de la satisfaction lorsqu'on les interroge sur les services reçus de GQ en général et sur des éléments plus précis, tels que la qualité des échanges, la collaboration avec l'organisme, l'accompagnement reçu et divers aspects des centres technologiques.

Graphique 5.9 : Taux de satisfaction des clients, des chercheurs et des partenaires

100 % des clients, des chercheurs et des partenaires sont satisfaits de(s) :

Chacune des quatre années de la période d'évaluation, l'organisme a lui-même sondé les utilisateurs des services du Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill à l'égard de la qualité, du soutien technique et administratif, des prix et des délais.

Le nombre moyen de répondants à chacun de ces sondages est de 447.

Les résultats obtenus témoignent d'un taux de satisfaction qui varie entre 94 % et 97 %, selon les années.

Constats relatifs à la cible 18

La cible est atteinte. Le C.A. de Génome Québec est composé de 12 membres indépendants qui représentent les principaux secteurs d'application de la génomique, soit la santé humaine, la foresterie et l'agroalimentaire, ainsi que les secteurs juridique et financier (graphique 5.10).

Graphique 5.10 : Composition du C.A. en 2017

12 administrateurs :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Seul le président-directeur général siège comme administrateur interne. La sous-ministre adjointe du Ministère et le président et chef de la direction de Génome Canada siègent comme observateurs. La liste des membres du conseil d'administration et de leurs secteurs de provenance est en annexe.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 5 (Cibles 14 à 18)

Les résultats sont jugés satisfaisants, car l'organisme adopte de saines pratiques de gestion, entretient des partenariats et des collaborations avec d'autres acteurs en génomique au Québec, principalement avec des universités, des collèges et des organismes de recherche publique, et relève d'un conseil d'administration composé en majorité de membres indépendants. De plus, les frais administratifs et de gestion représentent une proportion de seulement 4,1 % de ses dépenses totales, et tous les clients, les chercheurs et les partenaires sont satisfaits des services reçus de l'organisme.

Chapitre 6 : Les effets de l'organisme

6.1 Critère 6 - Les effets sur la recherche et le développement d'un pôle technologique

Les cibles

  1. La participation de chercheurs dans les projets de recherche, ainsi qu'une contribution à la formation d'étudiants et du personnel par les activités de recherche soutenues par l'organisme.
  2. La présence de revenus des plateformes de recherche.
  3. Des effets probants sur le milieu de la recherche dans ses secteurs d'activité.

Constats relatifs à la cible 19

La cible est atteinte. Au cours de la période d'évaluation, les projets de recherche de Génome Québec ont donné lieu chaque année, en moyenne, à 553 participations de chercheurs et 96 participations d'étudiants (graphique 6.1).

Graphique 6.1 : Chercheurs et étudiants qui participent aux projets de recherche

553 participations de chercheurs aux projets de recherche en moyenne par année

96 participations d'étudiants aux projets de recherche en moyenne par année

Les contributions des projets de recherche selon les clients, les chercheurs et les partenaires :

Source : Requête adressée à GQ et enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

Entre 2014 et 2017, le nombre de participations de chercheurs a augmenté de 43 %, passant de 413 à 589. L'année 2016 a vu un sommet de 711 participations de chercheurs aux projets de recherche.

Pour sa part, le nombre de participations d'étudiants a diminué de 39 % entre 2014 et 2017, passant de 107 à 65. Encore là, l'année 2016 a vu un sommet de 113 participations d'étudiants aux projets de recherche.

Selon les trois quarts des clients, des chercheurs et des partenaires sondés, les projets de recherche de GQ ont contribué à développer des partenariats entre les établissements de recherche impliqués. Les deux tiers de ces mêmes répondants considèrent que les projets de recherche ont contribué à développer des partenariats entre les chercheurs impliqués.

Cependant, à peine plus de la moitié des répondants sont d'avis que la réalisation des projets de recherche a permis de former et de développer une masse critique de chercheurs.

Pour les représentants de l'organisme, la participation des étudiants aux projets de recherche soutenus joue un rôle important dans la composition des équipes de recherche, avec une centaine d'étudiants formés en moyenne par année.

Constats relatifs à la cible 20

La cible est atteinte. Au cours de la période d'évaluation, les trois plateformes technologiques de Génome Québec ont généré des revenus totaux de 66,5 M$, dont la très grande majorité, soit 96 %, sont le fait du Centre d'innovation (graphique 6.2). Entre 2014 et 2017, les revenus des plateformes technologiques ont augmenté de 10 %, passant de 15,3 M$ à 16,8 M$.

Graphique 6.2 : Revenus des plateformes technologiques

66,5 M$ de revenus des 3 plateformes de recherche, soit :

Évolution 2014-2017 : + 10 %

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Les revenus annuels du Centre d'innovation se maintiennent autour de 16 M$ depuis 2014 et soutiennent une quarantaine d'emplois directs. Pendant cette période, l'évolution des technologies s'est traduite par une baisse d'environ 50 % du prix du séquençage de l'exome et du génome entier, au bénéfice des utilisateurs. Les revenus de la plateforme de séquençage à haut débit, qui constituent les deux tiers des revenus totaux du Centre d'innovation, témoignent d'une augmentation du niveau d'activité au cours des quatre dernières années parallèlement à un gain de productivité.

En 2017, environ 60 % des revenus proviennent d'institutions universitaires, hospitalières, gouvernementales ou privées du Québec, alors que le quart des revenus proviennent du reste du Canada et 15 % de l'international. Les revenus de la Biobanque présentent une croissance sur la période d'évaluation. Pour leur part, les revenus du Centre intégré de génomique clinique pédiatrique sont représentatifs de l'évolution d'une jeune plateforme qui établit peu à peu ses processus et son système de qualité en préparation de sa désignation par le MSSS.

Constats relatifs à la cible 21

La cible est atteinte. Tous les clients, les chercheurs et les partenaires sondés sont d'avis que les actions de Génome Québec ont contribué au développement de la recherche dans le secteur de la génomique au Québec, au cours des dernières années (graphique 6.3).

Graphique 6.3 : Les effets des activités de GQ sur le milieu de la recherche dans son secteur

100 % des clients, des chercheurs et des partenaires considèrent que GQ a contribué au développement de la recherche dans le secteur de la génomique au Québec lors des dernières années.

Les contributions des projets de recherche selon les clients, les chercheurs et les partenaires :

Source : Enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

De plus, de très fortes majorités de ces mêmes répondants, soit 96 % et 93 % respectivement, considèrent que les projets de recherche de GQ ont contribué à développer des connaissances utiles et de l'expertise pour leur organisation, ainsi qu'à augmenter la visibilité des chercheurs impliqués et de leur établissement de recherche.

Enfin, un peu moins des deux tiers des répondants, soit 64 % et 63 % respectivement, considèrent que les projets de recherche réalisés ont contribué à la mise en marche de nouvelles recherches ainsi qu'à l'obtention d'une meilleure connaissance des besoins des entreprises et des organismes clients.

Les activités réalisées par Génome Québec dans le secteur de la génomique entraînent des effets probants, illustrés par l'organisme.

Développement d'une masse critique de chercheurs : Au Québec, les chercheurs du domaine de la santé se démarquent tant au pays qu'à l'échelle internationale, et leurs succès soutiennent le développement des nouvelles générations de chercheurs au sein de leur équipe. L'émergence de nouveaux chercheurs qui présentent des demandes dans les grands concours nationaux dans d'autres secteurs en génomique que celui de la santé (agroalimentaire en 2014, ressources naturelles et environnement en 2015) et qui obtiennent du succès démontre le dynamisme et le développement du milieu de la recherche en génomique au Québec. En ayant accès au financement de la recherche, ces nouveaux chercheurs aident à former des étudiants à la maîtrise, au doctorat et au postdoctorat.

Génome Québec mène sur une base régulière des activités de lobbyisme auprès de plus petits établissements d'enseignement universitaire au Québec pour promouvoir l'emploi de chercheurs en génomique. Le but de cette démarche est de s'assurer de l'augmentation du nombre de chercheurs en génomique au Québec et de permettre une plus grande accessibilité des outils et de l'expertise génomique sur tout le territoire québécois.

Augmentation de la visibilité des chercheurs et de leur établissement de recherche, et rayonnement accru : Génome Québec utilise plusieurs outils pour augmenter la visibilité et le rayonnement des chercheurs et de leur institution :

Les effets des efforts mis en place par Génome Québec pour assurer le rayonnement international de la recherche québécoise en génomique peuvent être illustrés par le travail de communication effectué à la suite de la publication d'un article phare. Les résultats d'une collaboration internationale (consortium OncoArray), qui porte sur les risques génétiques du cancer du sein (projet PERSPECTIVE), ont été publiés dans Nature et Nature Genetics en octobre 2017. Grâce aux efforts de Génome Québec, qui a dirigé les opérations de relations avec les médias entre les différentes universités impliquées (Laval, Oxford, Cambridge, etc.), le projet a obtenu une couverture de presse à l'échelle provinciale et internationale (28 articles de journaux et sur le Web, deux entrevues en direct à la télévision, sept entrevues en direct à la radio et 14 reprises ou mentions).

Essaimage de nouvelles recherches : Le lancement de concours ciblés sur de nouveaux secteurs où la génomique peut être appliquée, entre autres en agroalimentaire et en ressources naturelles et environnement, a permis à Génome Québec de développer de nouveaux secteurs de recherche et de financer de nouveaux chercheurs qui en étaient à leur première expérience avec l'organisme. Les projets couvrent un large éventail de domaines comme la biologie de la conservation (sauvegarde de l'abeille et du saumon), l'écotoxicologie, la microbiologie environnementale (contrôle des algues bleu-vert) ainsi que la biologie synthétique et la chimie verte. Génome Québec a joué un rôle de premier plan dans le développement et le financement de ces projets hors du secteur traditionnel de la santé, par le biais des mécanismes mis sur pied pour appuyer le développement de la recherche en génomique.

Développement des connaissances et de l'expertise : Génome Québec finance quatre pôles d'un réseau d'innovation génomique, qui fournit aux chercheurs québécois un accès à des technologies et à une expertise d'avant-garde utilisées en génomique dans des domaines connexes. Ces pôles incluent Can-SHARE (un programme pancanadien qui favorisera l'innovation dans l'utilisation des données génomiques pour la prestation de soins de santé aux patients du Canada et du monde), le Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill pour l'analyse de l'ADN et de l'ARN, le Centre d'analyse protéomique avancée (CAPA) et le Centre canadien de génomique computationnelle (C3G). Ces pôles soutenus par Génome Québec permettent non seulement l'accès à une expertise de pointe, mais aussi la création d'un environnement propice au développement de connaissances qui permettent ainsi au Québec d'être un meneur dans ces secteurs.

Meilleure connaissance des besoins des entreprises : Avec les programmes ciblés sur les transferts technologiques tels que le PPAG et le FPQIS, la compréhension des besoins des entreprises par GQ est augmentée. Les relations à long terme développées avec des chercheurs et des entreprises permettent d'accompagner les équipes de collaboration industrie-universités tout au long du processus de recherche et de développement, dès la mise en œuvre de nouveaux projets. Cette proximité permet de bien comprendre les besoins des entreprises et d'anticiper leurs besoins futurs pour les accompagner dans l'adoption de technologies de rupture. C'est le cas par exemple pour l'intelligence artificielle : Génome Québec est appelé à jouer un rôle de premier plan dans l'adoption précoce de cette technologie émergente.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 6 (Cibles 19 à 21)

Les résultats sont jugés satisfaisants, car plusieurs chercheurs et étudiants ont été impliqués dans les projets de recherche de l'organisme. Le nombre de participations de chercheurs a fortement augmenté (43 %), tandis que le nombre de participations d'étudiants a fortement diminué (−39 %). Les trois plateformes technologiques exploitées par l'organisme ont généré des revenus, qui ont augmenté de 10 % entre 2014 et 2017. Les activités et les projets de l'organisme ont eu des effets probants sur le milieu de la recherche dans son secteur, confirmés par des majorités de clients, de chercheurs et de partenaires de l'organisme.

6.2 Critère 7 - Les effets sur le secteur de la génomique au Québec

Les cibles

  1. Des découvertes significatives et le développement d'outils visant l'amélioration de la santé.
  2. Des prix et des distinctions reçus par les chercheurs participant aux projets de recherche.
  3. Des retombées positives des activités de l'organisme perçues par des majorités (plus de 50 %) de répondants (chercheurs, clients, partenaires et bailleurs de fonds).

Constats relatifs à la cible 22

La cible est dépassée. La grande majorité des clients, des chercheurs et des partenaires de GQ, soit 86 %, considèrent qu'il a contribué à des découvertes significatives en génomique, au cours de la période d'évaluation (graphique 6.4).

Graphique 6.4 : Les découvertes significatives et le développement d'outils visant l'amélioration de la santé

Source : Enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

De plus, les trois quarts des clients, des chercheurs et des partenaires sont d'avis que GQ a contribué au développement d'outils qui visent l'amélioration de la santé des individus.

Étant donné que les projets soutenus par GQ sont pour la plupart de la recherche appliquée, des outils développés sont utilisables dans le milieu de la santé, et des découvertes ont été réalisées, dont les exemples mentionnés à la page suivante.

Leucégène : Ce projet cherche à améliorer les moyens de pronostic et les soins pour les patients atteints d'une leucémie myéloïde aiguë (LMA). L'équipe a développé un test qui permet de découvrir quels patients LMA risquent de ne pas répondre aux thérapies disponibles. Ce test est en voie d'être adopté par des chercheurs à l'échelle internationale. Son utilisation améliorera la qualité de vie des patients, évitera des coûts associés à des traitements inutiles et facilitera la participation des patients à de nouvelles études cliniques. L'équipe a aussi développé un test qui permet de surveiller des signes de réapparition de la maladie chez les patients.

iChange : Dans le cadre de ce projet, un marqueur qui permet de déceler des cancers cérébraux pédiatriques qui ne répondront pas à une chimiothérapie a été établi. Grâce à l'utilisation de ce marqueur, des enfants atteints d'un tel cancer peuvent être épargnés de ce traitement extrêmement agressif qui, dans leur cas, serait sans succès. Ce test améliore donc la qualité de vie des jeunes patients et de leur famille. Ce marqueur a été intégré dans les lignes directrices de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), est utilisé par des chercheurs dans le monde entier et a changé la pratique courante. De plus, il se retrouve dans d'autres types de cancers, ce qui aura un effet majeur sur leur traitement.

OncoArray : Les travaux de génotypage de l'initiative OncoArray sont une collaboration internationale qui réunit plusieurs chercheurs. Cette collaboration a permis de découvrir 72 nouvelles variations génétiques qui augmentent le risque de développer un cancer du sein. Ces résultats faciliteront la mise en place d'un dépistage précoce efficace auprès des femmes plus à risque.

SpecificiT : Cette société biopharmaceutique établie à Montréal met au point des immunothérapies innovantes et personnalisées pour traiter les cancers hématologiques. L'approche unique de SpecificiT est centrée sur l'utilisation d'antigènes mineurs d'histocompatibilité qui peuvent déclencher les lymphocytes T du donneur, qui seront dirigés en toute sécurité pour éliminer les cellules cancérigènes.

Revogene : GenePOC a utilisé des technologies et une propriété intellectuelle afin de mettre au point le Revogene, un instrument d'analyse moléculaire intégré, simple, rapide, spécifique et sensible, utilisable au point de service, ainsi qu'un dispositif jetable appelé PIE, qui facilite le diagnostic de certaines maladies infectieuses. Les professionnels de la santé de divers milieux, dont les hôpitaux, les cliniques et les pharmacies, peuvent utiliser le Revogene pour diagnostiquer rapidement plusieurs maladies infectieuses et sélectionner le traitement optimal, le tout en moins d'une heure. À ce jour, GenePOC a commercialisé des tests pour la détection rapide d'infections au Clostridium difficile et aux streptocoques du groupe B, alors que des tests pour détecter les infections aux streptocoques du groupe A, au staphylocoque doré ainsi qu'aux bactéries multirésistantes aux antibiotiques sont en cours de développement.

Constats relatifs à la cible 23

La cible est atteinte. Des chercheurs qui participent à des projets de recherche de Génome Québec se sont distingués en recevant des prix et des distinctions aux niveaux provincial, national et international. Au cours de la période d'évaluation, neuf distinctions (dont trois à l'international) et sept prix (dont un à l'international) ont été décernés à des chercheurs (graphique 6.5).

Graphique 6.5 : Distinctions et prix reçus par les chercheurs

16 distinctions et prix reçus par des chercheurs, soit :

Source : Requête adressée à GQ, MESI, novembre 2017.

Par exemple, l'Ordre du Canada a été remis à Jean-Claude Tardif de l'Institut de cardiologie de Montréal, le prix Michel-Sarrazin a été attribué à Michel G. Bergeron du CHU de Québec-Université Laval, le prix Michel-Jurdant a été reçu par Jean Bousquet de l'Université Laval et le Tony Pawson Distinguished Researcher Award a été décerné à Michael Tyers de l'Université de Montréal.

Constats relatifs à la cible 24

La cible est dépassée. De très fortes majorités de clients, de chercheurs et de partenaires, soit 80 % et plus, considèrent que les activités de GQ contribuent à l'innovation dans le secteur de la génomique au Québec (100 %), au développement de ce secteur au Québec (98 %) et à l'adoption de pratiques innovantes en santé et en génomique (graphique 6.6).

Graphique 6.6 : Perceptions sur les retombées des activités de l'organisme

Les retombées des activités de GQ selon les clients, les chercheurs et les partenaires :

Source : Enquête clients, chercheurs et partenaires, MESI, novembre 2017.

Des projets de recherche soutenus par GQ ont donné lieu au développement de nouvelles pratiques sociales ou organisationnelles innovantes, qui ont été adoptées dans les milieux preneurs. Les deux projets suivants ont même eu des répercussions à l'échelle internationale :

Global Alliance : Une politique de partage responsable des données, qui utilise les principes fondamentaux et les éléments centraux du cadre d'échange responsable de données liées à la génomique et à la santé, a été développée.

Le projet vise à offrir des éléments essentiels pour la recherche multijuridictionnelle qui comprennent la collecte des données en santé, leur production, l'accès à ces données et leur réutilisation. L'équipe travaille sur des stratégies pour promouvoir l'adoption des politiques par les concepteurs de politiques, les chercheurs, les cliniciens et les patients. Le programme Can-SHARE renforce et accroît le leadership du Canada en matière de partage de métadonnées grâce à l'Alliance globale pour la génomique et la santé (Global Alliance for Genomics and Health – GA4GH).

MNI Open Science : L'Institut et hôpital neurologiques de Montréal a mis sur pied, avec la collaboration de Richard Gold, une politique institutionnelle qui vise à promouvoir une science ouverte. Cette politique unique en son genre a été élaborée sur la base des travaux portant sur la gestion de la propriété intellectuelle, en particulier les politiques de Richard Gold qui entourent le partage et la diffusion des connaissances. L'Institut et hôpital neurologiques de Montréal est maintenant la première institution au monde à avoir une politique de science ouverte.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 7 (Cibles 22 à24)

Les résultats sont jugés très satisfaisants, car les activités et les projets de l'organisme ont donné lieu à des découvertes significatives et au développement d'outils qui visent l'amélioration de la santé, ce qui a été confirmé par de fortes majorités de clients, de chercheurs et de partenaires de l'organisme. De plus, plusieurs chercheurs impliqués dans les projets de recherche de l'organisme ont reçu des prix et des distinctions, dont certains sur la scène internationale. Enfin, de très fortes majorités de clients, de chercheurs et de partenaires de l'organisme considèrent que ses activités ont eu des retombées positives, notamment sur l'innovation en génomique, le développement de ce secteur et l'adoption de pratiques innovantes en santé et en génomique.

6.3 Critère 8 - Les retombées socioéconomiques pour le Québec

Les cibles

  1. Des effets probants sur la création d'emplois et d'autres retombées.
  2. D'autres retombées économiques notables, des retombées imprévues et des cas à succès.

Constats relatifs à la cible 25

La cible est partiellement atteinte. Au cours de la période d'évaluation, le nombre d'employés de GQ a diminué de 27, c'est-à-dire qu'il y a eu une baisse de 25 employés au sein des plateformes technologiques de l'organisme et de deux employés administratifs dans l'organisme (graphique 6.7).

Graphique 6.7 : Évolution de l'emploi

-27 emplois dans l'organisme, soit :

48 % des clients et des partenaires affirment que les projets et activités de GQ ont donné lieu à la création ou au maintien d'emplois dans leur organisation.

Source : Requête adressée à GQ et enquête clients et partenaires, MESI, novembre 2017.

De plus, seulement un peu moins de la moitié des clients et des partenaires sondés, soit 48 %, sont d'avis que leur participation aux projets et aux activités de GQ a donné lieu à la création ou au maintien d'emplois dans leur organisation.

Une grande partie des baisses d'emploi est due au transfert de 12 postes du Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill, qui a migré vers l'Université McGill. Huit emplois ont été supprimés en raison de la rationalisation des opérations de l'organisme, quatre emplois ont été éliminés par la fin du développement du système de gestion de l'information de laboratoire (LIMS) et un emploi a été supprimé en raison d'une baisse de financement de l'organisme. En excluant les frais de gestion des projets, les salaires générés par les projets de recherche financés de Génome Québec ont totalisé 79,5 M$, soit une augmentation de 46 % par rapport à la précédente évaluation (54,4 M$ sur quatre années). En incluant les projets issus du FPQIS, les salaires totaux (excluant les frais de gestion des projets) sont de 121,2 M$.

Constats relatifs à la cible 26

La cible est atteinte. La recherche menée par Génome Québec dans les autres secteurs produit des retombées économiques et présente des cas à haut potentiel de succès. En voici quelques exemples :

À l'Université Laval, la génomique au service du reboisement : « Traditionnellement, il fallait attendre 30 ans pour savoir quels arbres produiraient les bonnes graines et les bons plants – ceux qui pousseraient vite, droit, et qui résisteraient aux parasites. Grâce au séquençage du génome, on peut réduire cette période de sélection à moins de six ans », dit le directeur de la Chaire de recherche du Canada en génomique forestière et environnementale. La génomique permet de sélectionner les bonnes graines, et l'embryogenèse somatique, une technique de reproduction végétative utilisée au centre de production de plants forestiers de Saint-Modeste (près de Rivière-du-Loup), permet de multiplier chaque embryon de plant par 100. « Avec une bonne sylviculture, on arrivera à des forêts qui produisent huit mètres cubes de bois par hectare par an, au lieu de deux, et qu'on va récolter en seulement 40 ans au lieu de 90 ».

Des aliments plus sains : Le séquençage du génome entier sera utilisé pour détecter les souches de salmonelles responsables de la maladie chez l'humain. L'équipe se servira ensuite des résultats pour mettre au point des solutions biologiques naturelles contrôlant la présence des salmonelles sur les fruits et les légumes pendant leur croissance au champ. L'équipe développera aussi de nouveaux tests de détection des salmonelles de même que des outils qui permettront aux responsables de la santé publique de découvrir la source des éclosions de salmonellose, afin que les aliments contaminés soient retirés rapidement des épiceries et des restaurants. Grâce à ces travaux, il sera possible de réduire le nombre de personnes victimes de la salmonellose chaque année et les coûts économiques de l'infection.

Du soya plus résistant et mieux adapté à notre climat : Le soya occupe le troisième rang des plantes de grande culture au Canada et génère plus de 2,5 G$ de revenus annuellement. Ses graines sont une source de protéines et d'huile destinées à la consommation humaine et animale. Le développement de variétés de soya à haut rendement qui convient aux conditions climatiques canadiennes pose cependant des défis. Premièrement, les plants doivent atteindre rapidement la maturité, puisque la durée de l'été canadien est de plus en plus variable, conséquence des changements climatiques. Deuxièmement, en raison des conséquences de ces changements, qui rendent les plants plus vulnérables, il faut les rendre plus résistants aux ravageurs et aux maladies afin de prévenir les pertes et le recours aux pesticides. Des chercheurs de l'Université Laval examinent le code génétique du soya dans le but d'identifier les marqueurs d'ADN qui contrôlent des aspects clés de la croissance de la plante, comme la maturité et la résistance au froid, aux maladies et aux ravageurs. Les sélectionneurs pourront ensuite utiliser ces marqueurs pour développer des variétés de soya améliorées, bien adaptées aux conditions canadiennes. L'équipe pourra également produire des variétés de soya qui résistent à certains parasites et à certaines maladies.

Compétitivité accrue et réduction de l'empreinte environnementale de l'industrie porcine et aviaire : Un chercheur de l'Université Concordia a obtenu du financement pour un projet qui vise à améliorer l'alimentation des porcs et de la volaille grâce au développement d'un supplément d'enzymes de prochaine génération. Au Canada, dans les industries porcine et aviaire, 70 % des coûts de production sont liés à l'alimentation des animaux. Cependant, près du quart des aliments servis sont gaspillés, puisque les animaux ne possèdent pas les enzymes nécessaires pour les digérer. Les produits développés permettront d'améliorer considérablement l'indice de consommation et d'accroître la marge de profit des producteurs. Cette réduction des coûts de production mènera à une compétitivité internationale accrue pour les producteurs.

Nouveaux cultivars de tomates faits au Canada en développement : La production de tomates de serre génère plus 500 M$ de revenus par année. Les producteurs canadiens sont confrontés à la concurrence de régions où les coûts de production sont plus faibles, ce qui augmente la difficulté à conserver leur part de marché. Ils doivent innover afin d'offrir un produit différent, qui leur donnera un avantage concurrentiel. Un chercheur de l'Université Laval misera sur la variation des gènes liés à l'arôme pour développer de nouvelles tomates ayant une saveur différente. Les lignées végétales qui en découleront seront utilisées pour produire des tomates savoureuses et seront mises à la disposition de producteurs de tomates. Les premières variétés devraient être offertes sur le marché dans les trois ans qui suivront la fin du projet. Le développement de cultivars de tomates savoureuses et adaptées aux conditions locales devrait donner aux serristes canadiens un certain avantage dans un marché de consommation concurrentiel.

Décontamination des sols : Un chercheur de l'Université de Montréal et son équipe travaillent sur la bioremédiation (GenoRem), une biotechnologie émergente qui utilise les plantes et les microorganismes pour décontaminer les sols. Ils exploitent différentes techniques de réhabilitation des sols contaminés, appelées phytoremédiation et mycoremédiation. De ces travaux financés par Génome Canada et Génome Québec sont nées deux nouvelles entreprises québécoises dirigées par d'anciens étudiants du chercheur : RISEHoP, qui produit des biofertilisants de classe mondiale à base d'éléments probiotiques du sol, et MycoDiagnostic, spécialisée en détection et en identification des microorganismes fongiques.

Commentaires de l'évaluateur sur les résultats du critère 8 (Cibles 25 à 26)

Les résultats sont jugés partiellement satisfaisants, car le nombre d'emplois au sein de l'organisme a diminué, et moins de la moitié des clients et des partenaires considèrent que leur participation aux projets et aux activités a donné lieu à la création ou au maintien d'emplois dans leur organisation. La diminution du nombre d'emplois découle principalement de l'application de mesures d'efficacité et du transfert d'emplois à une université. Cette baisse survient parallèlement à l'accroissement du volume des activités de l'organisme, dans tous ses secteurs. Enfin, la recherche menée par Génome Québec dans les autres secteurs que la santé produit des retombées économiques et présente des cas à haut potentiel de succès, comme le décrit l'organisme.

Chapitre 7 : Les conclusions de l'évaluation

7.1 Les principaux constats

Le tableau ci-dessous présente une synthèse des principaux constats relatifs aux critères considérés et l'appréciation des résultats obtenus par Génome Québec en fonction des attentes du Ministère.

Principaux résultats de Génome Québec – Degré d'atteinte des cibles (Du 1er avril 2013 au 31 mars 2017)

La pertinence de l'organisme
Critère 1 : La compatibilité avec la mission et les priorités du Ministère
Critère 2 : Le besoin continu de soutenir l'organisme
Critère 3 : L'efficience de l'aide financière du Ministère
L'efficacité de l'organisme
Critère 4 : L'atteinte des résultats immédiats visés
Critère 5 : Le modèle de gouvernance et de gestion de l'organisme
Les effets de l'organisme
Critère 6 : Les effets sur la recherche et le développement d'un pôle technologique
Critère 7 : Les effets sur le secteur de la génomique au Québec
Critère 8 : Les retombées socioéconomiques pour le Québec

7.2 Les réponses aux questions

L'examen des huit critères considérés pour évaluer la performance de Génome Québec permet d'apporter des éléments de réponse aux trois questions posées dans le cadre du mandat.

1. L'organisme répond-il à des besoins?

L'évaluation juge que Génome Québec répond à des besoins en génomique, dans les secteurs de la santé, de l'agroalimentaire, de la foresterie et de l'environnement. Son action structurante sur l'économie québécoise et ses effets visés sur les grandes entreprises, sur les institutions et organismes de recherche et d'innovation ainsi que sur les citoyens sont clairement mentionnés dans la plus récente SQRI, mais aussi dans une panoplie d'autres stratégies gouvernementales, dont une est à venir. Les collaborations entreprises-universités, en croissance constante, dénotent une implication des industries et des milieux preneurs dans les projets de recherche à tous les stades de développement technologique. La génomique permet de mieux prévenir et traiter la maladie, et même de sauver des vies. Elle permet aussi de développer de nouveaux produits et procédés industriels qui contribueront à maintenir les citoyens en santé, à limiter les effets des changements climatiques, à élaborer des solutions de remplacement au pétrole, à augmenter la sécurité alimentaire et à rendre l'environnement et les ressources naturelles plus durables.

Génome Québec exploite et met à la disposition des chercheurs trois plateformes technologiques, qui sont mises à profit et dont l'utilisation a augmenté au cours de la période d'évaluation. D'ailleurs, les chercheurs en sont satisfaits et considèrent que le modèle centralisé de plateforme technologique est encore actuel et efficace pour la conduite de leurs activités de recherche.

L'évaluation juge qu'il n'y a pas de chevauchement problématique avec d'autres organismes, en raison de l'utilité, de la valeur ajoutée et de la complémentarité, reconnues par les clients, les chercheurs impliqués et les partenaires.

2. L'organisme est-il efficace dans ses activités?

L'évaluation juge que Génome Québec est efficace dans la réalisation de ses activités. L'organisme a mis en place des mécanismes d'appui à la recherche en génomique tels qu'une plateforme de recherche, l'accompagnement de chercheurs et le démarchage de chercheurs, d'entreprises et des milieux preneurs, en plus d'investir 1,4 M$ en appui au développement de la recherche en génomique.

Génome Québec a réalisé plus de 2 000 activités de diffusion des connaissances, en grande majorité en participant à des colloques et à des ateliers, mais aussi en publiant des articles scientifiques. Il a réalisé 80 activités de transfert de technologies et de connaissances, dont la grande majorité sont des déclarations d'invention faites par les chercheurs à leur institution, mais elles incluent aussi la création d'entreprises pour commercialiser les résultats de la recherche.

Lors de la période d'évaluation, Génome Québec a obtenu une proportion de 35 % du financement total de la recherche en génomique au Canada, ce qui est largement supérieur à la proportion de la population québécoise dans la population canadienne (23 %). Ses frais administratifs et de gestion se situent à un niveau très bas (4 %) par rapport à ses dépenses totales.

Enfin, l'organisme adopte de saines pratiques de gestion, développe et entretient des partenariats et des collaborations avec d'autres acteurs en génomique au Québec, a un C.A. représentatif du milieu et des secteurs qu'il couvre, et satisfait sur plusieurs aspects tous ses clients, ses partenaires et les chercheurs impliqués.

3. Les retombées sont-elles suffisamment probantes?

L'évaluation juge que les retombées des activités de Génome Québec sont suffisamment probantes. Les activités de recherche soutenues par Génome Québec suscitent de nombreuses participations de chercheurs et d'étudiants. Ainsi, les activités de l'organisme contribuent à la formation essentielle d'étudiants, bien que leur nombre de participations ait fortement diminué lors de la période d'évaluation, tandis que les participations de chercheurs ont fortement augmenté.

L'organisme a contribué au développement de partenariats entre les établissements de recherche et entre les chercheurs impliqués. Il a de plus contribué au développement de la recherche dans le secteur de la génomique au Québec, au développement des connaissances utiles et de l'expertise, de même qu'à l'augmentation de la visibilité des chercheurs impliqués et de leur établissement de recherche. Il a aussi eu un apport dans l'essaimage de nouvelles recherches et dans l'obtention d'une meilleure connaissance des besoins des entreprises et des organismes clients.

Les clients, les chercheurs et les partenaires de Génome Québec reconnaissent sa contribution en matière de découvertes significatives en génomique et de développement d'outils qui visent l'amélioration de la santé humaine.

Les principales retombées des activités de l'organisme incluent l'innovation dans le secteur de la génomique au Québec, le développement de ce secteur et l'adoption de pratiques innovantes en santé et en génomique. Cependant, les retombées en matière de création ou de maintien d'emplois, tant au sein même de l'organisme qu'au sein des entreprises et des organismes clients ou partenaires, sont moins probantes. Cela, notamment, en raison de la baisse des emplois au sein de l'organisme, qui est due à la rationalisation de ses activités.

7.3 L'appréciation générale de la performance

Les résultats obtenus par Génome Québec sont jugés satisfaisants. Les principaux objectifs du Ministère sont atteints, et les projets et activités réalisés répondent aux besoins et aux attentes des clients, des chercheurs et des partenaires qui y participent. Le tableau suivant présente le pointage calculé selon la méthode décrite à la section 3.2. Génome Québec obtient 83 sur 100, et l'appréciation qualitative est « résultats satisfaisants ».

Protocole d'évaluation – Résultats de Génome Québec sur 100 (Pointage final pondéré)

Pertinence de l'organisme
  Score Maximum
Critère 1 : La compatibilité avec la mission et les priorités du Ministère 9,72 11,67
Critère 2 : Le besoin continu de soutenir l'organisme 9,98 11,67
Critère 3 : L'efficience de l'aide financière du Ministère 10,69 11,67
Sous-total Pertinence (sur 35 points) 30,39 35,00
Total 83,48 100,00

Efficacité de l'organisme
  Score Maximum
Critère 4 : L'atteinte des résultats immédiats visés 14,35 17,50
Critère 5 : Le modèle de gouvernance et de gestion de l'organisme 14,58 17,50
Sous-total Efficacité (sur 35 points) 28,93 35,00
Total 83,48 100,00

Effets de l'organisme
  Score Maximum
Critère 6 : Les effets sur la recherche et le développement d'un pôle technologique 9,72 11,67
Critère 7 : Les effets sur le secteur de la génomique au Québec 9,98 11,67
Critère 8 : Les retombées socioéconomiques pour le Québec 10,69 11,67
Sous-total Effets (sur 30 points) 30,39 35,00
Total 83,48 100,00

Annexe 1 : Illustration de l'intervention publique

Le financement de Génome Québec par le Ministère s'inscrit dans le cadre du volet 1 (Soutien à des organismes ou à des projets de recherche) du Programme de soutien à la recherche (PSR). La théorie d'intervention du PSR est illustrée dans le modèle logique ci-dessous. Génome Québec étant soutenu par ce programme, sa réalité doit s'arrimer à la réalité du PSR.

Les objectifs de l'intervention et les activités soutenues par le PSR

  1. Raison d'être
  2. Cibles de l'intervention
  3. Objectifs
  4. Nature de l'intervention
    Mise en place d'un programme (PSR) pour financer, en conformité avec certaines normes, des organismes de soutien à l'innovation et des projets.
  5. Intrants
    Pour les quatre années financières 2013-2014 à 2016-2017, le financement consenti à Génome Québec par le Ministère est de 77,2 M$. Il a été versé au moyen de six décrets et conventions de subvention : 20,2 M$ (décrets 212-2013 et 239-2016), 3,1 M$ (décret 1141 2014), 8,4 M$ (décret 239-2016), 2,8 M$ (décret 740-2016), 2,7 M$ (décret 1042-2016) et 40 M$ (décret 220-2017).
  6. Activités

Les résultats attendus du PSR

  1. Extrants
  2. Effets

Les autres retombées du PSR

  1. Retombées pour le Québec

Annexe 2 : Complément d'information

2. Les données détaillées de certains indicateurs

Les explications des répondants (clients, chercheurs et partenaires) concernant les raisons du déclin de la recherche et du développement en génomique au Québec, advenant la disparition de Génome Québec (cible 5) :

La liste des membres du conseil d'administration de Génome Québec en 2017 (en lien avec le critère 5) :

Administrateurs Secteurs
Président
Martin Godbout, O.C., Ph. D.
  • Sciences de la vie – santé
  • Finances
Vice-présidente
Paule Têtu, ing.f., M. Sc.
Sciences de la vie – foresterie
Secrétaire
Me Jean Brunet
Associé directeur, Stein Monast S.E.N.C.R.L.
Droit
Membre
Daniel Coderre, Ph. D.
Président-directeur général, Génome Québec
Sciences de la vie
Membre
Sophie D'Amours, ing., Ph. D.
Sciences de la vie – foresterie
Membre
Hélène Desmarais, C.M., LL.D.
Présidente du conseil et chef de la direction
Centre d'entreprises et d'innovation de Montréal
Finances
Membre
Marie-Lucie Morin
Finances
Membre
Anie Perrault, L.L., ASC
Directrice générale, BIOQuébec
  • Sciences de la vie
  • Droit
Membre
Rémi Quirion, Ph. D., CQ, OC, MSRC
Scientifique en chef, Fonds de recherche du Québec (FRQ)
Sciences de la vie
Membre
François R. Roy
Administrateur de sociétés
Finances
Membre
Suzanne Vinet
Sciences de la vie – agroalimentaire
Membre
Brian White-Guay, M.D., FRCPC
Professeur, Faculté de pharmacie, Université de Montréal
Sciences de la vie – santé
Observatrice
Marie-Josée Blais, Ph. D.
Sous-ministre adjointe à l'innovation
Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation
 
Observateur
Marc LePage
Président et chef de la direction, Génome Canada
 

L'étalonnage avec des organismes comparables en ce qui concerne la proportion des frais administratifs et de gestion dans les dépenses totales (en lien avec le critère 5) :

Organismes et postes de dépenses (en milliers de dollars)

Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)
  2016 2017 TOTAL
Charges de fonctionnement 59 135 62 066 121 201
Dépenses totales 1 036 152 1 088 137 2 124 289
Proportion (Pourcentage) des charges de fonctionnement 5,7 % 5,7 % 5,7 %

Génome Canada
  2016 2017 TOTAL
Gestion des programmes et services corporatifs 4 916 4 299 9 215
Dépenses totales 53 089 62 215 115 304
Proportion (%) des charges de gestion et services corporatifs 9,3 % 6,9 % 8,0 %

Ontario Genomics
  2016 2017 TOTAL
General and administrative 1 139 1 156 2 295
Dépenses totales 17 084 25 109 42 193
Proportion (Pourcentage) des charges general and administrative 6,7 % 4,6 % 5,4 %

Genome Atlantic
  2016 2017 TOTAL
General and administrative 1 278 1 203 2 481
Dépenses totales 2 230 2 606 4 836
Proportion (Pourcentage) des charges general and administrative 57,3 % 46,2 % 51,3 %

Genome Prairie
  2016 2017 TOTAL
General and administrative 959 985 1 944
Dépenses totales 4 268 5 592 9 860
Proportion (Pourcentage) des charges general and administrative 22,5 % 17,6 % 19,7 %

Genome BC
  2016 2017 TOTAL
Corporate programs and management 7 345 7 461 14 806
Dépenses totales 23 974 31 522 55 496
Proportion (Pourcentage) des charges corporate programs and management 30,6 % 23,7 % 26,7 %

Genome Alberta
  2016 2017 TOTAL
General and administration 1 603 1 701 3 304
Dépenses totales 6 689 8 100 14 789
Proportion (Pourcentage) des charges general and administration 24.0 % 21.0 % 22.3 %

Source : Rapports annuels ou financiers des organismes mentionnés.

Organismes Pourcentage
Sources : Rapports annuels ou financiers des organismes mentionnés.
Ontario Genomics 5,4
Génome Québec 5,6
Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) 5,7
Génome Canada 8,0
Génome Prairie 19,7
Génome Alberta 22,3
Génome BC 26,7
Génome Atlantic 51,3

Notes et références

Note 1. www.genomequebec-15ans.com/accueil.